Tour du monde : le guide du parfait globe-trotter

03 Mai 2018
Tour du monde : le guide du parfait globe-trotter

Sillonner le monde et aller à la découverte d’autres cultures et civilisations est le rêve ultime de tout amoureux des voyages. Vous aussi, vous souhaitez tenter l’expérience ? Avant d’endosser votre balluchon, un point s’impose afin de ne rien laisser au hasard car un tour du monde ne laisse pas place à l’improvisation et exige une planification ainsi qu’une organisation parfaite.

Voyage autour du globe : par quoi commencer ?

C’est décidé, vous partez prochainement découvrir de nouveaux horizons. Avant toute chose, il faut savoir qu’un tour du monde serein, c’est un tour du monde préparé scrupuleusement au moins au cours des 6 mois précédant le départ.

L’itinéraire, le budget dont vous disposez ainsi que la durée pendant laquelle vous désirez partir sont les trois premiers critères à prendre en compte. Ils vont fonctionner en symbiose, la durée du voyage et l’itinéraire (coût de la vie différent suivant les pays, et pouvant aller du simple au quintuple) ayant inévitablement un impact sur le budget final.

Bon à savoir : durée moyenne d’un tour du monde

D’ordinaire, un tour du monde s’étale sur six mois ou un an, selon le nombre de pays à visiter. Cela permet de profiter pleinement de son périple, sans pour autant rompre trop longtemps le contact avec ses proches ou son travail. Par ailleurs, la validité des billets tour du monde, que nous évoquerons par la suite, est fixée au maximum à une année.

De nombreux autres paramètres, que nous allons détailler ci-dessous, vont se greffer à votre projet.

Mettre sa situation professionnelle au clair

Mis à part bien sûr si vous êtes retraité(e), non actif ou jeune diplômé(e), votre situation professionnelle se doit d’être éclaircie avant votre départ. Plusieurs options s’offrent à vous, parmi lesquelles :

  • La démission : possible seulement si vous êtes salarié en CDI, elle n’ouvre pas droit aux allocations chômage.
  • La rupture conventionnelle : elle s’applique uniquement si vous êtes salarié du privé embauché en CDI. D’un commun accord avec votre employeur, vous mettez un terme à votre contrat.

À noter : vos droits

Avantageuse, la rupture conventionnelle vous donne non seulement droit aux allocations chômage, mais également à une indemnité spécifique quelle que soit votre ancienneté.

  • Le congé sabbatique : il s’agit d’un droit pour les salariés du privé, mais pour y prétendre, vous devez justifier d’une ancienneté de 36 mois dans l’entreprise et de 6 années d’activité professionnelle. Votre contrat de travail est suspendu et vous avez l’assurance de retrouver votre emploi dès votre retour.
  • Le congé sans solde (ou la mise en disponibilité pour les fonctionnaires) : bonne alternative au congé sabbatique si vous n’y êtes pas éligible, votre contrat est ici également suspendu, et votre reprise de poste garantie. Toutefois, il n’y a aucune réglementation et votre employeur peut le refuser.

Autre point important : dans le cas où vous percevez des allocations chômage, celles-ci seront mises en suspens pendant toute la durée de votre voyage. Vos droits restant ouverts durant 3 ans, vous pourrez continuer à les toucher dès votre retour.

Penser au passeport et au(x) visa(s) d’entrée

visa-passeport-voyage

Si vous n’avez pas encore de passeport biométrique, faites-en impérativement la demande en mairie. À quelques exceptions près, cela est obligatoire dès lors que vous vous rendez dans un pays étranger. Dans le cas où vous en avez déjà un, assurez-vous que sa date de validité soit bonne (sinon, vous devrez le renouveler) et qu’elle couvre encore 6 mois après la date prévue de votre retour, certains pays l’exigeant.

Ensuite, dans la plupart des pays étrangers, un visa d’entrée vous sera exigé. Pour l’obtenir, adressez-vous à l’ambassade ou au consulat étranger en France ou, le cas échéant, faites-en la demande directement en ligne. Vous obtiendrez alors une version dématérialisée : l’e-visa. Notez que pour certaines destinations, vous pourrez le demander seulement à l’arrivée (Inde, Vietnam…).

Billets d’avion et méthodes d’achat

Une grande majorité de globe-trotters optent pour les billets tour du monde (ou RTW en anglais, c’est-à-dire round the world). Certes moins souple que la méthode des billets achetés séparément au gré de votre périple, ce système est toutefois plus intéressant financièrement parlant. En fonction de la formule souhaitée, vous pouvez vous procurer des billets RTW soit auprès d’une agence de voyage spécialisée, soit auprès d’une alliance de compagnie aérienne (Star Alliance, Oneworld ou encore SkyTeam, pour les plus réputées).

Les préoccupations pratiques et financières à l’arrivée

voyage-gain-argent

Une fois sur place, il va vous falloir savoir où coucher. Outre les hôtels et autres maisons d’hôtes, qui à la longue reviennent très chers, vous pouvez vous tourner vers le très populaire couchsurfing. Il vous suffit de vous inscrire sur le site éponyme pour avoir l’occasion de loger gratuitement chez des locaux. Le WWOOFing est également intéressant. Le principe : offrir gracieusement ses services à l’une des fermes bio inscrites au réseau WWOOF (World-Wide Opportunities on Organic Farms, c’est-à-dire week-ends de travail dans des fermes biologiques), en échange du gîte et du couvert.

Pour gagner un peu d’argent, prévoyez de faire de petits jobs (faire serveur(euse) dans un bar, enseigner le français ou la musique, vendre sur les marchés locaux vos propres créations telles que bijoux, vêtements, etc.). Et pourquoi pas vous lancer en freelance ? Un PC et une connexion Internet suffisent à de nombreuses activités : web design, marketing, rédaction, programmation, conseil…

Enfin, un permis de conduire international pourra vous être indispensable dans certains pays. Valable 3 ans et surtout gratuit, mieux vaut l’envisager au cas où.

 

Tous les « tour-du-mondistes » vous le diront, un voyage autour du globe nécessite méthode et préparation intensive. Non exhaustif, ce guide vous permettra de vous projeter plus sereinement !

Les trois points-clés à retenir pour faire un tour du monde :

  • Bien définir la relation itinéraire/budget/durée.
  • Clarifier sa situation professionnelle.
  • Anticiper les démarches administratives et pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent vous intéresser

Où partir au printemps ?

Où partir au printemps ?

Loisirs

28 Fév 2018

Cap sur le dépaysement avec ces 5 destinations au printemps ! Envie de profiter du printemps (et des jours fériés) pour changer…