De plus en plus d’assurances auto connectées

14 Déc 2016
De plus en plus d’assurances auto connectées

Depuis quelques années, le marché des assurances des automobiles connectées est en croissance régulière en Europe. L’intérêt de ces contrats? En cas de conduite exemplaire de l’automobiliste, les informations transmises à l’assureur débouchent sur une baisse de la prime d’assurance.

Le cabinet de conseil et d’audit Deloitte a mené une étude dans 11 pays européens concernant les assurances automobiles liées aux capteurs, boitiers et applications smartphones. Un marché qui, d’ici 2020, pourrait représenter 17% du marché de l’assurance automobile européen, pour une valeur de 15 milliards d’euros.

Certains pays européens sont d’ores et déjà en avance (l’Italie, avec plus de 4,5 millions d’assurances en 2015, et le Royaume-Uni, 450 000), d’autres accusant pour le moment un retard (à peine 40 000 en France et en Allemagne).

Se connecter grâce à un boitier

Sur quoi repose ce type de contrat ? Grâce à un boitier connecté à la prise OBD (On Board Diagnostic), des données qualitatives sur la conduite sont transmises à l’assureur. En cas de mauvaise conduite (accélérations brutales, virages brusques, coups de freins secs), la prime de l’automobiliste reste identique. En revanche, si le comportement du conducteur est exemplaire, ce dernier bénéficie d’une réduction tarifaire. Ce qui permet à la fois de fidéliser les bons conducteurs et contribuer à réduire le nombre d’accidents responsables en modifiant l’attitude au volant (respect des vitesses et conduite fluide).

En France, certaines compagnies proposent d’ores et déjà ce type de contrats.

C’est le cas d’Allianz, dont la formule « Pay How You Drive » (PHYD), devrait, d’ici fin 2016, avoir convaincu 16 000 automobilistes, la baisse de la prime oscillant de 15% à 20%. Particularité de ce PHYD, garante d’une forme de confidentialité des informations : la vitesse et le parcours ne sont pas enregistrés.

Autres contrats similaires récemment lancés : You Drive, par Direct Assurances, réservé aux jeunes conducteurs, et le PHYD d’Amaguiz, chez Groupama, baptisé Road Coach.

Les automobilistes séduits par cette nouvelle assurance

Les automobilistes français semblent d’ailleurs être prêts à bousculer leurs habitudes : ainsi 28% déclarent être enclins à partager leurs données de conduite, en escomptant, pour beaucoup, un service en contrepartie (assistance dépannage gratuite ou système d’une balise en cas de perte). Selon une autre étude, 70 %, d’entre eux se disent disposés à équiper leur voiture d’un boîtier connecté.

Ce marché devrait représenter 12% du marché de l’assurance auto d’ici quatre à cinq ans en France (2,2 milliards d’euros).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent vous intéresser